Brèves analyses sur le "Catalexit"

Brèves analyses sur la crise espagnole engendrée par la volonté indépendantiste de la Catalogne

Les questions soulevées par le « Catalexit » sont réelles et nombreuses[1] : maintien de l’usage de l’euro, intégration de l’Union européenne, relations avec l’Espagne et le reste des États de l’Union, etc. Il n’est pas certain que ces différentes questions aient été anticipées par les indépendantistes catalans. Dans ce cas, ce serait une faute de planification de leur volonté indépendantiste.

Quoi qu’il en soit, à relire les travaux de Claude Lefort[2], nous sommes face à une double approche de l'État : l’État de droit dont le rôle principal, sinon l’unique rôle, est la protection des droits établis et considérés comme acquis (c’est ce à quoi s’accroche le gouvernement espagnol) et son corolaire l’État démocratique dont la principale fonction et préoccupation est la revendication permanente de nouveaux droits (ce qui renvoie au bien-fondé de la cause indépendantiste catalane).

Dans ce contexte, pour tenter de trouver une issue paisible à cette crise, il faudra envisager un juste milieu entre ces deux approches de l’État qui s’affrontent en Espagne et en Catalogne.

En effet, il ne suffit pas seulement de crier au respect des règles constitutionnelles établies (État de droit), il convient également de tenir compte de nombreuses voix démocratiques qui s’expriment en Catalogne (État démocratique).

Ainsi, l’issue à cette crise politique pourrait être un compromis, dans un cadre transactionnel où chacune des autorités ferait un pas vers l’autre, consistant à convoquer un autre référendum dans un cadre, cette fois-ci, légal au risque que le royaume d’Espagne perde définitivement la Catalogne en respectant le résultat du vote si les indépendantistes l’emportent, ou, dans le cas contraire, de l’autre côté, au risque pour la Catalogne indépendantiste de se voir réduite en minorité, auquel cas, elle devrait se conformer à la décision électorale qui entamerait et signifierait sa défaite dans cette lutte.

 

Serge SURIN

Vendredi 20 octobre 2017

 

[1] Sur ces questions, v. Francesco Martucci, « 3 questions à Francesco Martucci sur les conséquences d’une éventuelle indépendance de la Catalogne pour l’Union européenne », Blog du Club des juristes, 18 octobre 2017, Consulté le même jour (http://blog.leclubdesjuristes.com/3-questions-a-francesco-martucci-consequences-dune-eventuelle-independance-de-catalogne-lunion-europeenne/).

[2] Claude Lefort, L’invention démocratique. Les limites de la domination totalitaire, Fayard, 1981.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site